Les fabriques de Moselle

Niderviller

La faïencerie de Niderviller est l’une des plus anciennes de Lorraine. Les bâtiments sont inscrits au titre des monuments historiques depuis 1994.

Elle se situe en Moselle depuis sa création en 1735, par Anne-Marie André, propriétaire d’un domaine forestier et de carrières d’argile rouge. En 1748, elle est vendue à Jean-Louis Beyerlé directeur de  la monnaie à Strasbourg. C’est en 1759, après l’incendie de 1751, que  le peintre François-Antoine Anstett en prend la direction. 
En 1770, la manufacture est vendue à Adam Philippe de Custine. On invente alors le décor « trompe-l’œil ». C’est aussi cette même année qu’elle fournit l’Abbaye Saint-Evre de Toul en pots à pharmacie.
Neuf ans après, la faïencerie rachète une partie des moules de Paul Louis Cyfflé. Grâce à ses statuettes en biscuit la réputation de Niderviller connaît un vif succès. En 1793 elle ferme ses portes (en raison de la mort du Comte de Custine) et les rouvre en 1802. La production des célèbres statuettes, à l’origine de sa renommée, est reprise.

En 1827, la manufacture est rachetée par Louis-Guillaume Dryander. La forte concurrence de la manufacture de Limoges provoque son déclin. Elle se dirige alors vers la production de vaisselle utilitaire en faïence de qualité. La faïencerie restera dans la famille Dryander jusqu’en 1948. Le XXème siècle sera un âge d’or pour la fabrique. Elle ouvrira des filiales en Bretagne, en Allemagne et en Algérie. Elle achètera également deux faïenceries à Tours et dans le Nord, mais elles fermeront vers la fin de ce siècle. Le groupe sera par la suite plusieurs fois racheté. Aujourd'hui la production de services de table et d'objets de décoration se poursuit.

Les pièces de collection fabriquées à Niderviller sont exposées dans les plus prestigieux musées de France, mais aussi du monde entier. Elle possède plus de mille moules de vases et de statuettes dont celles crées par Paul-Louis Cyfflé (petits personnages en biscuits).

 

Sarreguemines

La faïencerie de Sarreguemines a été créée en 1790 par Nicolas-Henri Jacobie et deux associés.

Elle est reprise en 1800 par Paul Utzschneider. Elle devient alors célèbre grâce à de nouvelles techniques de décoration et grâce à Napoléon 1er qui en est l’un des meilleurs clients. Cette période florissante durera jusqu’à la première guerre mondiale.

En 1978, la faïencerie est reprise par le groupe « Lunéville-Badonviller-Saint-Clément »
Un an plus tard la production de vaisselle s’achève et, en 2007, la manufacture ne produira plus que du carrelage.

Aujourd’hui la manufacture de Lunéville-Saint-Clément continue à produire certains modèles dont le service de table « Obernai » décoré par Henri Loux.

Contenu du Les fabriques de Moselle