Gyp, la Lorraine

Contenu du Gyp, la Lorraine

Gyp, la Lorraine

Gyp n’est pas née en Lorraine, mais y a vécu un grand nombre d’années, ce qui lui donne sans conteste une légitimité à se dire « lorraine ». Gyp écrivaine s’est exprimée le dernier tiers du XIXe siècle et le premier tiers du XXe siècle. Elle a traversé plusieurs époques. Elle se cachait derrière sa plume en usant de nombreux pseudonymes masculins (Tom, Robert, Bob, par exemple) ou des constructions syllabiques (ZZZ, Zut, X ). Mais c’est sous le nom de Gyp que l’histoire de la littérature se souviendra d'elle.

La presse lorraine, tout au long de sa carrière, ne se prive pas de parler d’elle dans ses colonnes, d’autant plus que, de part son caractère, sa verve, son impertinence et ses prises de position, elle apparaît comme une personnalité remarquée entre 1870 et 1932. Malgré près de 120 romans à son actif, elle est un personnage peu considéré aujourd'hui, si ce n’est tout à fait oublié... 

La presse évoque à plusieurs reprises le graphisme particulier de Gyp, avec ses "lettres d'une ampleur magnifique" qui révèlent peut-être à la fois sa singularité et son tempérament trempé.

L'Est Républicain, 5 juillet 1932, commentaire sur le graphisme de Gyp
L'Est Républicain, 5 juillet 1932,
commentaire sur le graphisme de Gyp
L'Est Républicain, 5 juillet 1932, écriture et autographe de Gyp
L'Est Républicain, 5 juillet 1932,
écriture et autographe de Gyp

Qui est Gyp ?

Gyp, de son vrai nom Sibylle, Marie Antoinette, Gabrielle Riqueti de Mirabeau, est née en Bretagne en 1849. Enfant, elle arrive en Lorraine avec sa mère et habite place Carrière à Nancy avec ses grands-parents maternels. Son grand-père joue un rôle très important dans son éducation. Elle dresse le portrait de sa mère dans son roman Le mariage de Chiffon. 

Le 2 décembre 1869, elle épouse à Nancy le comte normand Roger Martel de Janville (1848-1920), qu’elle avait rencontré à Paris. Le couple se déplace beaucoup entre Nancy, Paris et la Normandie où est installée sa belle famille. À Nancy, ils habitent un temps rue des Jardiniers, avant de louer un petit château à Maxéville et d’acheter vers 1874 le château de Sauvoy toujours à Maxéville.Trois enfants vont naître de cette union : Aymar de Martel de Janville (1873-1900), Thierry de Martel (1875-1940) et Nicole (1877-1968). En 1878, elle quitte la Lorraine avec ses trois enfants pour s’installer à Neuilly-sur-Seine. Elle s’éloigne de son mari.  

Contenu du Gyp, la Lorraine