La polémique des confettis

Contenu du La polémique des confettis

Pros et antis

Les confettis sont un sujet de préoccupation récurrent quand on évoque Carnaval et mardi gras. Ils sont autorisés en général mais à certains moments interdits. Et puis il y a confettis et confettis : en effet, si l’on aime ceux que l’on lance en l’air ou qui tombent des fenêtres, on apprécie bien moins ceux, tout souillés, que certains ramassent et jettent au visage des passants.

Pour résoudre ce problème, il suffirait selon certains, de n’autoriser la vente que de confettis unicolores, on saurait donc ainsi que ceux qui jettent des paquets multicolores sont des contrevenants à la bonne pratique du confetti.

Confettistes et anticonfettistes s’opposent ferment par lettres dans la presse ou en personne ; les arguments fusent et parfois même une gifle claque. Il n’en reste pas moins que les plus embêtés seront sans doute les agents publics chargés de nettoyer le bazar : parfois, il leur faut plus qu’une journée pour venir à bout de ces myriades de petits papiers.

Le pare-à-confettis

Pour trouver une solution définitive qui satisferait les deux partis, un ingénieux Géo Trouvetou a inventé la parade ultime qui permet aux anticonfettistes de ne plus se plaindre, tout en laissant aux confettistes les plaisirs du lancer de papiers : le pare-à-confettis ! Il s’agit tout simplement d’un voile de gaze coloré, que l’on fixe à son chapeau au moyen d’un fil de fer. L’histoire ne dit pas le succès ni la pérennité de cette invention (1897).