La peur du loup

Contenu du La peur du loup

Croyance des temps anciens ou fabrication culturelle ? Non, l'homme n'a pas toujours craint le loup. A la préhistoire, ils chassaient même ensemble. La peur du loup durera de la fin du Moyen Âge jusqu'au XIXe siècle dans les campagnes européennes. Les loups s’attaquent au bétail mais aussi aux enfants et même aux adultes, quand la faim le fait sortir de sa tanière. Les colporteurs diffusent des récits de rencontres surprenantes avec l’animal. Ces rumeurs exagérées sont reprises et transmises au cours des veillées : en alimentant l’imaginaire populaire, ces histoires élaborent la mémoire collective de la peur du loup. De la culture orale, émergent des récits comme le conte du Petit Chaperon rouge retranscrit par les conteurs Charles Perrault et les Frères Grimm. Les représentations picturales du conte, comme celle de Gustave Doré renforcent cette figure de loup sanguinaire. Au XVIIIe siècle, des tableaux illustrant la légende de la Bête du Gévaudan représentent le loup doté de crocs saillants et d’yeux rougeoyants. On pense aussi à la Bête des Vosges. Il faut savoir également que le loup, comme le renard, peut être victime de la rage, et son comportement perturbé par la maladie. Cela peut alors le pousser à attaquer et à mordre sans plus aucune conscience de ce qu’il fait. Très commune à l’époque, cette maladie affecte les animaux et l’homme. Et même si elle provoque moins de 100 morts par an en France, elle est source de terreur pour la population. Les chiens et les loups atteints devenant souvent très agressifs, présentent la caractéristique de baver abondamment, peignant un tableau effrayant aux yeux des contemporains de Louis Pasteur, l’inventeur du vaccin contre la rage. Ainsi, victime à la fois de la peur ancestrale et de la vie moderne, le loup a été chassé et presque exterminé d’un grand nombre de pays. Leur mauvaise réputation les poursuit encore aujourd'hui, même si le loup actuel est rare, prudent et craintif et qu’il joue un rôle important dans l’équilibre écologique.