Le thermalisme pour se soigner et pour se divertir

Contenu du Le thermalisme pour se soigner et pour se divertir

Le thermalisme source de santé

L'usage des eaux thermales à but thérapeutique est connu depuis la plus haute Antiquité. Les romains apportèrent aux gaulois leurs savoir-faire en la matière. On allait déjà dès 65 avant J-C, à Plombières, pour les douleurs, les plaies et les affections de la peau.

À Contrexéville, station réputée depuis le XVIIIe siècle, on se rend pour soulager ses néphrites ou soigner son diabète.

D'une manière générale, il est possible, depuis le milieu du XIXe siècle en France, de trouver un lieu de cure adapté à chaque type de maladie.

À Vittel, reine des villes d'eaux des Vosges créée en 1854 par Louis Bouloumié, on se soigne pour les affections rhumatologiques, urinaires, digestives…

À Nancy Thermal, on raconte, non sans une pointe de malice et d'humour, que la source Lanternier est miraculeuse. Fort de ce succès, la station nancéienne au début du XXe siècle, propose à ses patients des cures d'une durée de 21 jours pour se soigner contre les rhumatismes et les problèmes gastriques. Des traitements par absorption d'eau minérale étaient généralement associés à des traitements externes par balnéation et douches.

 

Le thermalisme source de plaisir

Le thermalisme ne se cantonne pas seulement aux soins thérapeutiques. Durant l'Antiquité, les grecs et les romains profitaient de l’eau thermale pour leur hygiène corporelle. Les thermes romaines étaient un lieu de sociabilité. À la Renaissance, avec son goût de nouveautés et de vie mondaine, remettant le thermalisme "à la mode", après avoir périclité pendant le Moyen Âge, il était d’usage de se rendre dans une ville d’eaux pour profiter d'un moment de détente, car “la joy est fort recommandable, les bains veulent le corps et l’esprit quiets”. Le plaisir en somme, est excellent pour la santé.


À Plombières, en 1580, Montaigne qui souffre de néphrite ne dédaigne pas la beauté des lieux et en fait une description élogieuse “la belle piscine en forme ovale où c’est plaisir de voir les enfants grenouiller”. Dans les bains, les curistes dansent, chantent, et nagent avant de se rendre dans une bonne auberge ou une pension pour faire bombance.
La recherche d'un lieu de villégiature de qualité perdure au cours des siècles suivants avec l’aristocratie et la grande bourgeoisie, les hommes politiques et les écrivains célèbres, notamment durant le XIXe et la Belle Époque.

 

Contenu du Le thermalisme pour se soigner et pour se divertir