Une solution à la vie chère

Contenu du Une solution à la vie chère

Un moyen de lutter contre la logique du profit

Qu'elles soient philosophiques, religieuses, ou médicales…les raisons qui poussent au végétarisme sont nombreuses et propres à chaque individu.
Face au coût élevé de la viande, on s’interroge si le végétarisme ne constitue pas une solution voire un moyen pour le consommateur de faire pression sur les prix. Car dès 1903, il apparaît tout bonnement scandaleux que le prix de la viande payé au boucher par le consommateur soit plus élevé que le prix de revient à l’éleveur.

"Lorsque les ouvriers veulent obtenir
une augmentation de salaire, ils se
mettent en grève et s'imposent toutes
sortes de privations pour avoir gain de
cause. Et vous, contribuables, lors-
qu'on augmente vos impôts, vous cour-
bez docilement la tête et vous payez.
Pas un de vous n'agit.

Pour protester contre l'augmentation
du tarif de la viande, faites-vous car-
rement végétariens. C'est la vengeance
la moins sanglante et la plus spirituelle
que vous puissiez tirer de cette puis-
sante corporation des éleveurs et des
bouchers qui ne rêvent de débiter qu'aux
Rothschild de ce monde les filets suc-
culents de ce fameux troupeau national
dont M. Debussy s'est fait le farouche
gardien."
(Le Messin 12-13 juillet 1903)

La viande est chère en temps ordinaire, elle l’est encore plus lorsqu’elle se raréfie, que ce soit en temps de guerre ou pour des raisons économiques suite par exemple à des mouvements de grève dans la profession.
À Berlin en 1936, même les bouchers se sont mis à promouvoir ce mode de vie alimentaire notamment en distribuant des recettes végétariennes à leurs clients.

 

Un moyen de réaliser des économies

Le régime végétarien peut permettre de réaliser des économies non négligeables. En 1902, on évalue le gain de 50 à 70 % par rapport à une alimentation carnée.
L’exemple du professeur Baron est frappant. Ce savant allemand végétarien ne dépensait que 50 pfennigs par jour. Il put léguer ainsi la belle somme  de 470 000 marks à la ville de Berlin.
Si l’argument peut s’entendre, il n’est pas évident à une époque où l’on pensait que consommer de la viande midi et soir était signe de richesse.
Certaines personnes avancent même que la ménagère se retrouve fort dépourvue sans viande, sachant mal cuisiner les légumes ! Il conviendrait ainsi de former les cuisinières au régime végétarien…
 

Contenu du Une solution à la vie chère