Quand la politique se mêle des Jeux

1936 : Les Jeux populaires

En 1931, le CIO désigna l’Allemagne comme pays organisateur des Jeux olympiques de 1936. Or entre temps Adolf Hitler se hissa à la tête de l’État, et la politique qu’il menait entraîna de nombreuses contestations quant à la tenue de ces Jeux en Allemagne. En effet Hitler voulait se servir de l’événement afin de faire la propagande de ses idéologies, le régime nazi allant jusqu’à suggérer l’exclusion des Juifs aux Jeux de Berlin.  
Malgré une demande de délocalisation, les Jeux de 1936 eurent bien lieu à Berlin. Alors de nombreux pays pratiquèrent son boycott et organisèrent des jeux alternatifs à Barcelone. Vingt-trois nations y étaient représentées : notamment la France avec 1500 athlètes, la Suisse et ses 200 athlètes, 50 athlètes pour le Royaume-Uni, le Pays-Bas et la Belgique. Cependant, la Guerre d’Espagne éclata la veille de leur ouverture et ces Jeux populaires n’eurent jamais lieu.

Contenu du Quand la politique se mêle des Jeux
Contenu du Quand la politique se mêle des Jeux

1956 : Le boycott dans tous ses états

Les Jeux olympiques de 1956 organisés à Melbourne (Australie) seront boycottés par pas moins de huit pays, et ce pour plusieurs raisons.
Le 26 juillet 1956, l’Égypte nationalise le canal de Suez. En réponse, la coalition Israël, France et Royaume-Uni envahit l’Égypte. Suite à cette crise, l’Égypte mais aussi le Liban, l’Irak et l’Italie annoncent qu’ils ne participeront pas aux Jeux de Melbourne.
Puis c’est au tour des Pays-Bas, de l’Espagne et de la Suisse de se retirer de la compétition. Ils protestent contre l’invasion de la Hongrie par l’Union soviétique lors de l’insurrection de Budapest, et font connaître ainsi leur indignation quant à la participation de l’Union soviétique à ces Jeux.
Enfin, deux semaines avant leur ouverture, la Chine choisit de boycotter les Jeux de Melbourne en raison de la présence de Taïwan en tant que nation.

1968 : Le Black power

En 1968, les Jeux olympiques d’été de Mexico (Mexique) ont vu la victoire au 200 mètres remportée par les athlètes afro-américains Tommie Smith (1er) et John Carlos (3e). À cette époque, certains états américains pratiquaient encore la ségrégation raciale, et ce malgré l’abolition progressive des lois Jim Crow au cours des années soixante. Ce sont ces inégalités entre Blancs et Noirs qu’ont voulu dénoncer Smith et Carlos, sur le podium lors de la remise de leur médaille. Au moment de la levée de drapeau des États-Unis, les deux athlètes, têtes baissées, levèrent leur poing ganté de noir tout au long de l’hymne américain. Cette posture reprend le salut des Black Panther, un mouvement révolutionnaire de libération afro-américaine qui militait pour l’égalité des droits des hommes quelle que soit leur couleur de peau.

Contenu du Quand la politique se mêle des Jeux
Contenu du Quand la politique se mêle des Jeux

2020 : Des jeux en suspens

En 2020, en raison de la pandémie de Covid-19, les Jeux olympiques prévus à Tokyo (Japon) ont été reportés à 2021. Fait assez rare pour être mentionné, car depuis la rénovation des Jeux en 1896, les seules éditions ayant été annulées furent celles de 1916, 1940 et 1944 : uniquement en temps de guerre. Coup du sort, le Japon avait déjà vu les Jeux lui échapper en 1940.