Saint Nicolas un personnage taillé pour la légende

Contenu du Saint Nicolas un personnage taillé pour la légende

Le destin de Nicolas de Myre

 

Illustre personnage de la chrétienté du IIIe et IVe siècle, Nicolas de Myre se distingue dès son jeune âge. Né à Patare ou Patras dans l’actuelle Turquie vers 265/270, il vient au monde dans une famille fortunée. On lui prête dès sa naissance des évènements exceptionnels qui vont construire sa vie de saint et vont participer à la construction des légendes autour de son personnage. Devenu évêque de Myre (Demre actuellement), il aurait participé au Concile de Nicé. Il meurt entre 342 et 345.

Sa dépouille repose dans un tombeau en marbre à Myre. Un culte lié à tous les récits de sa vie se développe très rapidement dans tout l’Orient et jusqu’en Occident. On attribue à  Michel Archimandrite au IXe siècle sa première biographie rédigée. Au XIIIe siècle, Jacques de Voragine compile sa vie de saint dans la "Légende doré". Dès le IXe siècle, une riche iconographie religieuse permet également de retracer sa vie.

 

De Myre à Bari et de Bari à Saint-Nicolas-de-Port, des reliques voyageuses

 

En l’an 1087, des marins marchands originaires de Bari en Italie voyagent jusqu’à Myre et dérobent les précieux ossements du Saint de crainte que les Sarrasins ne pillent ce précieux tombeau. De retour à Bari, un nouveau tombeau recueille les reliques de saint Nicolas dans une basilique qui lui est dédiée. Une dizaine d’années plus tard lors des Croisades, le seigneur Arnaud de Varangéville (prénommé Albert dans certaines sources) quitte sa Lorraine et voyage jusqu’à Bari. C’est au cours de cette expédition, qu’il rapporte la phalange à la ville de Port qui sera rebaptisé courant du XIe siècle : Saint-Nicolas-de-Port.